La Pierre de Rosette

par damino - 1425 vues - 0 com.
Mystère, légende, archéologie

La pierre de Rosette est un fragment de stèle en granit noir, fréquemment assimilée à tort à du basalte, découverte dans le village de Rachïd en juillet 1799 durant la campagne de Napoléon en ??gypte. C’est un jeune officier du génie, Pierre-François-Xavier Bouchard, qui remarqua cette pierre noire de plus d’un mètre de haut lors de travaux de terrassement dans une ancienne forteresse turque. Lors de la capitulation de 1801, les Anglais victorieux exigèrent la livraison des monuments antiques, dont la pierre de Rosette. Mais dès 1800, une reproduction du texte avait été envoyée en France pour y être étudiée.

Les inscriptions portées sur cette pierre se sont révélées être le même texte reproduit selon trois systèmes d’écritures différentes : des hiéroglyphes, du démotique et du grec. On crut, à ce moment-là, que le mystère des hiéroglyphes allait être rapidement percé.

La Pierre De RosetteAckerblad et Silvestre de Sacy se lancèrent dans la première tentative de déchiffrement, mais elle demeura vaine. Ce fut ensuite au tour d’un savant anglais, Thomas Young, de se lancer dans un travail qui sembla promis au succès. Hélas, Young ne connaissait pas le copte et peu de textes anciens. Sur les signes hiéroglyphiques pour lesquels il proposa une valeur, cinq seulement s’avéraient exacts, et il s’obstinait à lire sur la pierre de Rosette Arsinoé, alors qu’y était mentionné, en réalité, Autocrator. Si certains des signes présents dans les cartouches étaient assez simples à trouver, ce fut parce qu’ils avaient été créés pour rendre les voyelles des noms d’origine étrangère des derniers souverains (Ptolémée, Cléopâtre, Alexandre).

Jean-François Champollion, qui avait dix ans au moment de la découverte de la pierre, se lança très jeune dans la bataille du déchiffrement des hiéroglyphes. Il pressentit que la clé étaient la connaissance des textes anciens et surtout du copte, langue parlée en Egypte, et descendant de l’ancien égyptien. Un ami, l’architecte Jean-Nicolas Huyot, avait envoyé des documents à Champollion le jeune. Dans un cartouche, ce dernier repéra le signe solaire de Râ, un signe qu’il savait être MS et deux S : RâMSS, donc Ramsès, ce qui en même temps veut dire Râ l’a mis au monde. Idem pour ThôtMS, Thoutmôsis. Après huit années de travail acharné, en 1822, il peut annoncer à la communauté scientifique qu’il a percé le secret. Sa méthode était bonne, puisqu’elle s’appliqua à la traduction d’autres textes hiéroglyphiques.

Le texte inscrit sur la pierre est un décret ptolémaïque de 196 av. J.-C. La partie grecque de la pierre de Rosette commence ainsi : Basileuontos tou neou kai paralabontos tén basileian para tou patros… (Le nouveau roi, ayant reçu le royaume de son père…). C’est un décret de Ptolémée V epiphane, décrivant des impôts qu’il abrogea (dont l’un est mesuré en ardebs (grec artabai) par aroure) et instituant l’ordre d’ériger des statues dans des temples. La dernière phrase indique que ce décret devra être inscrit sur une stèle de pierre dure dans l’écriture des mots des dieux (hiéroglyphes), l’écriture populaire (démotique) et la langue grecque.

La pierre de Rosette mesure 112 cm de hauteur pour 76 cm de largeur et environ 28 cm d’épaisseur.

Elle est exposée au British Museum à Londres, où elle est conservée depuis 1802.

Source : http://www.leblogdeletrange.com/mystere-legende-archeologie/la-pierre-de-rosette/

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Suivez-nous