Le plus vieux fossile de chien est suisse

par damino - 2887 vues - 0 com.
Cryptozoologie, préhistoire
Vieille de plus de 14'000 ans, une mâchoire de chien remporte la palme du plus vieux fossile canidé clairement identifié, dans le canton de Schaffhouse. Ce morceau de mâchoire supérieure avait été découvert avec d'autres restes d'os d'animaux en 1873 au Kesslerloch, près de Thayngen. L'an dernier, des archéologues de l'Université de Tübingen (D) ont examiné de plus près ces trouvailles. Comme l'écrivent Hannes Napierala et Hans-Peter Uerpmann dans la revue «International Journal of Osteoarchaeology», le chien en question a vécu il y a environ 14'100 à 14'600 ans. «A cette époque, les humains étaient encore des chasseurs-cueilleurs», a précisé M. Napierala à l'ATS. Prémolaires plus petites Pour appuyer leur certitude, les chercheurs allemands soulignent que les prémolaires sont nettement plus petites que celles des loups actuels ou même des loups préhistoriques retrouvés au Kesslerloch. L'os maxillaire lui-même et les autres dents se distinguent également de celles du loup. Pour MM. Napierala et Uerpmann, le chien du Kesslerloch est la plus ancienne trace de l'existence du plus fidèle ami de l'homme. Des archéologues belges ont certes affirmé il y a deux ans avoir découvert un crâne de chien vieux de 30'000 ans, mais «nous sommes sceptiques car les dents sont très semblables à celles du loup», a indiqué M. Napierala. La question de savoir quand l'homme a domestiqué le loup reste ouverte. De la forme de la mâchoire du Kesslerloch, les scientifiques déduisent qu'à cette époque, la domestication était déjà bien avancée. Mais il est difficile de dire combien de temps il a fallu pour arriver à cette transformation, commente M. Napierala. Comparaisons génétiques On ne sait pas non plus d'où le chien vient vraiment, de Chine selon certaines études génétiques. Mais MM. Napierala et Uerpmann ne croient guère que le loup ait été domestiqué en Chine puis amené en Europe. Pour eux, il est tout autant possible que des domestications séparées se soient déroulées en différents endroits de la planète. Des comparaisons génétiques entre les différents vestiges de chiens et de loups préhistoriques pourraient éclaircir le mystère. Et le chien du Kesslerloch va y contribuer. Les chercheurs veulent reconstruire son patrimoine génétique à partir d'un échantillon de l'os maxillaire, qui est «dans un état remarquable», selon M. Napierala. La découverte des archéologues de Tübingen a été possible grâce à une collaboration avec le service cantonal d'archéologie de Schaffhouse. Celui-ci est en train de réexaminer avec différents partenaires et des méthodes modernes l'ensemble des vestiges retrouvés au Kesslerloch il y a plus de 100 ans. Chasseurs de rennes Le Kesslerloch est un des plus importants sites européens de la culture dite du Magdalénien (-17'000 à -10'000 ans), à la fin de l'ère glaciaire. La grotte servait probablement de quartier d'été à des chasseurs de rennes. Les fouilles effectuées à la fin du 19e siècle ont permis de retrouver plusieurs milliers d'artefacts datant de 14'000 à 12'000 ans avant notre ère, outils, pointes de projectiles et objets d'art. Le plus célèbre est la gravure de «renne broutant» sur un bâton percé en bois de renne. Selon l'archéologue cantonal schaffhousois Markus Höneisen, le site est loin d'avoir livré tous ses secrets. Des sondages effectués devant la grotte ont mis en évidence de larges couches comprenant des silex et des ossements d'animaux de la même époque. Mais le canton n'est pas en mesure de s'y atteler pour l'instant: «Nous avons du travail par dessus la tête avec les fouilles urgentes liées à des projets immobiliers», conclut M. Höneisen. Source : http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/18731011

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Le monstre de Montauk
12 Dec 2018, 16:59
horible monstre
27 Mar 2014, 17:38
creature marine
27 Mar 2014, 17:39

Suivez-nous