"Les soucoupes volantes sont réelles":

par damino - 1230 vues - 0 com.
Alien, ovni, ufologie

Deux années étaient passées depuis la mort embarrassante du Capitaine Thomas Mantell.

Mantell est mort mystérieusement dans les cieux aux Sud de Fort Knox. Mais avant que sa radio se soit tue, il a envoyé un message étrange à la base aérienne de Godman. Les hommes qui l'ont entendu ne l'oublieront jamais.

C'était le 7 janvier 1948.

Rassemblés dans la tour de contrôle du terrain de Godman, un groupe d'officiers de l'Armée de l'Air a regardé vers le haut le ciel de l'après-midi. Pendant juste un instant, quelque chose a brillé à travers les nuages vers le Sud de la base.

Très haut au-dessus du terrain, trois chasseurs P-51 se sont élevés avec rapidité. Filant au Sud, ils ont rapidement disparu. L'horloge dans la tour indiquait 14:45.

Le Colonel Guy Hix, l'officier au commandement, a lentement déposé ses jumelles. Si la chose était toujours là, les nuages l'ont maintenant entièrement cachée et tout qu'ils pouvaient faire était d'attendre.

La première alerte était venue de Fort Knox, quand des M.P. de l'armée avaient transmis par relais une alerte de la police d'état. Un objet brillant énorme avait été vu dans le ciel, se déplaçant vers le terrain de Godman. Des centaines de personnes étonnées l'avaient vu, à Madisonville, quatre-vingt-dix miles de distance.

Trente minutes plus tard, il avait filé vers le haut au-dessus de la base.

Le Colonel Hix a jeté un coup d'oeil autour sur le reste des hommes dans la tour. Ils avaient tous l'air stupéfaits. Chaque homme là avait vu la chose, quand elle a volé au Sud du terrain. Même à travers les nuages minces, sa lueur rouge intermittente avait laissé entrevoir une certaine source de puissance mystérieuse. Quelque chose d'étranger à leur compréhension.

C'était Woods, l'exécutif, qui avait estimé sa taille. Hix a secoué la tête. C'était incroyable. Mais quelque chose avait été suspendu dans le ciel au-dessus du terrain de Godman pendant presque une heure. L'officier en charge a tourné rapidement la tête quand le haut-parleur, relié aux P-51, est soudainement venu à la vie.

"Capitaine Mantell à la tour de Godman... Mantell à..."

La voix du chef de vol avait une tonalité tendue.

"J'ai aperçu la chose!" a-t-il dit. "Elle semble métallique et elle est de taille énorme!"

L'officier en charge et Woods se sont regardés. Personne ne dit rien.

"La chose commence à s'élever," a dit rapidement Mantell. "Elle est à douze heures de haut, allant à la moitié de ma vitesse. Je vais essayer de me rapprocher d'elle."

Au bout de cinq minutes, Mantell a repris la parole. L'objet métallique étrange avait accéléré, faisait maintenant du 360 ou plus.

A 15:08, l'ailier de Mantell a appelé. Lui et l'autre pilote avaient tout deux vu l'objet étrange. Mais Mantell les avait distancé et les avait perdu dans les nuages.

Sept minutes se sont écoulées. Les hommes dans la tour transpiraient en silence. Puis, à 15:15, Mantell a fait un contact précipité.

"Il est toujours au-dessus de moi, allant à ma vitesse ou plus. Je vais jusqu'à vingt mile pieds. Si je ne suis pas plus près, j'abandonnerai la chasse."

Cela avait été son dernier rapport.

Quelques minutes plus tard, son chasseur s'est désagrégé sous une force terrible. L'épave en chute a été dispersée sur des milliers de pieds.

Quand Mantell n'a pas répondu à la tour, un de ses pilotes a commencé à le rechercher. S'élevant à 33.000 pieds, il a piloté sur une centaine de milles vers le Sud.

Mais la chose qui avait précipité Mantell à sa mort avait disparu du ciel.

Dix jours après que Mantell se soit tué, j'ai appris une suite curieuse de l'affaire de Godman.

Un compte rendu de l'Associated Press dans le New York Times avait attiré mon attention. L'histoire, publiée depuis Fort Knox, admettait que Mantell était mort en pourchassant une soucoupe volante. Le Colonel Hix a été cité comme ayant observé l'objet, qui était encore non identifié. Mais il n'y avait aucune mention des messages radio de Mantell - aucune indication de la taille énorme de la chose.

Bien que je savais que la censure était sûrement appliquée, je me suis rendu au Pentagone. Quand l'alarme avait été donnée la première fois, dans l'été de 47, j'avais parlé avec le Capitaine Tom Brown, qui gérait les enquêtes sur les soucoupes. Mais Brown avait été réaffecté, et personne au bureau de presse ne voulait admettre connaître les détails de la chasse de la soucoupe par Mantell.

"Nous ne savons simplement pas la réponse," m'a dit un officier de la sécurité.

"Il y a une rumeur," ai-je dit, "c'est un missile secret de l'Armée de l'Air dont on perd parfois le contrôle."

"Bon sang, mon vieux!" a-t-il explosé "Si c'était ça, vous pensez qu'on ordonnerait à des pilotes de chasse de les poursuivre?"

"Non - et je n'ai pas dit que j'y crois." J'ai attendu jusqu'à ce qu'il se soit calmé. "Cet ordre que vous avez mentionné - est il pour tous les pilotes de l'Armée de l'Air, ou des unités spéciales de la chasse?"

"Je n'ai pas dit que c'était un ordre spécial," a-t-il vite répondu. "Tous les pilotes ont des instructions de routines pour rapporter les choses inhabituelles."

"Ils ont fait mettre en alerter des chasseurs sur la côte, quand l'alarme a été donnée la première fois," lui ai-je rappelé. "Est-ce que ces ordres sont toujours en vigueur?"

Il a secoué sa tête. "Non, pas que je sache." Après un moment il a ajouté, "Tous je puis vous dire c'est que l'Armée de l'Air étudie encore. Honnêtement nous ne savons pas la réponse."

Tandis que je sortais de l'entrée du Mall, j'ai rencontré Jack Daly, un des journalistes vétérans de Washington. Avant la guerre, Jack et moi avions fait des articles de magazine ensemble, habituellement sur l'espionnage des forces de l'axe et sur l'activité communiste. Je lui ai dit que j'essayais de trouver la réponse à la mort de Mantell.

"As-tu entendu quelque chose?" lui ai-je demandé.

"Seulement ce qui était dans l'histoire de l'Associated Press," a dit Jack. "Mais un homme de l'I.N.S. m'a dit qu'ils ont eu une histoire de soucoupe à Columbus dans l'Ohio - et ça pourrait avoir été le même que celui qu'ils ont vu à Fort Knox."

"J'ai raté ça. C'était quoi?"

"Ils ont aperçu la chose au terrain de l'Armée de l'Air en dehors de de Columbus. C'était vers le crépuscule, environ deux heures après que le pilote ait été tué dans le Kentucky."

"Quelqu'un lui a-t-il donné la chasse?" ai-je demandé.

"Non. Ils n'ont pas eu le temps de décoller, je pense. Ce type de l'I.N.S. a dit qu'il filait comme l'enfer. Aussi vite qu'un jet, quoi qu'il en soit."

"A-t-il dit à quoi cela ressemblait?"

"Les gars de l'Armée de l'Air ont dit qu'il était aussi grand qu'un C-47," a indiqué Jack. "Peut-être plus grand. Il avait eu un échappement rougeâtre-orange d'écoulant derrière lui. Ils pouvaient le voir à des milles. "

"Si tu en entends plus, fais le moi savoir," ai-je dit. Jack a promis de le faire.

"C'est quoi à ton avis?" me demanda-t-il.

"Ca me tourmente. La Russie ne testerait pas des missiles chez nous. Quoi qu'il en soit, je ne puis pas croire qu'ils ont quoi que ce soit de pareil. Et je ne pourrait pas admettre que l'Armée de l'Air laisse des pilotes se tuer pour cacher quelque chose que nous avons."

Une semaine plus tard, j'ai entendu qu'une unité top secrète avait été installée au terrain de Wright pour étudier tous les rapports de soucoupes. Quand j'ai appelé le Pentagone, ils ont admis ça, et c'était tout.

Dans les quelques mois à venir, d'autres histoires de disques volant ont fait les gros titres. Deux pilotes de Eastern Airlines ont rapporté un mystérieux engin à deux ponts aperçu près de Montgomery, en Alabama. J'ai eu connaissance de deux autres observations, l'une au-dessus de l'océan Pacifique et l'autre en Californie. La secondw, vue par des jumelles de campagnes, a été décrit comme ayant une forme de fusée, aussi grand qu'un B-29. Il y avait également des rumeurs de disques détectés par les radars, mais c'était presque un an avant que j'aie pu avoir confirmation de tels rapports.

Quand Purdy m'a télégraphié, en mai 1949, j'avais à moitié oublié les disques. Il s'était passé des mois depuis que toutes les observations importantes avaient été rapportés. Mais son message a rapidement rétabli ma curiosité. S'il pensait que le sujet était chaud, je savais qu'il avait ses raisons. Quand je suis entré dans son bureau à 67 West 44e Rue, Purdy a lâché sa cigarette et m'a serré la main. Il m'a regardé par dessus ses lunettes pendant un moment. Alors il a dit brusquement:

"Vous savez quelque chose sur les disques?"

"Si vous voulez dire, si je sais ce qu'il sont - non."

Il a fait signe pour que je m'asseye. Alors il a pivoté sa chaise, penché ses épaules en avant, et a abaissé les stores.

"Avez vous lu le Post cette semaine?"

Je lui ai dit que non.

"Il y a quelque chose de sacrément bizarre. Pendant quinze mois, le projet "Saucer" est verrouillé, inaccessible, top secret. Puis soudainement, Forrestal obtient que le Saturday Evening Post publie deux articles, écartant la chose toute entière. Le premier article arrive dans les kiosques - et puis qu'est ce qui se produit?"

Purdy s'est balancé, et a appuyé son doigt sur un document sur son bureau.

"Ce même jour, l'Armée de l'Air précipite la sortie de son rapport du projet "Saucer". Elle admet qu'ils n'ont pas identifié les disques, dans aucun des cas importants. Ils disent que c'est encore assez sérieux - attendez une minute..." Il a manié maladroitement les papiers agrafés - "'pour exiger la vigilance constante du personnel du projet "Saucer" et de la population civile'."

"Vous penseriez que le Post aurait fait une prise de position," j'ai dit.

"Je ne veux pas dire qu'ils ont fait un démenti complet," a indiqué Purdy. "Ils ne mentionnent pas le Post, ils le contredisent juste. En fait, le rapport lui même se contredit. C'est comme s'ils essayaient d'avertir les gens mais étaient trop effrayés pour en dire trop."

J'ai regardé le titre sur le rapport: "Une synthèse des études préliminaires par l'Air Material Command, terrain de Wright, Dayton, Ohio, sur les 'soucoupes volantes'."

"Est-ce que les journaux l'ont déjà compris?" ai-je demandé à Purdy.

"Vous voulez dire qu'il contredit le Post?" Il a secoué sa tête. "Non, le communiqué de presse du Pentagone n'a pas obtenu beaucoup de place. Combien de rédacteurs sont prêts à se noyer dans un rapport du gouvernement de six mille mots? Même s'ils l'avaient lu, ils devraient le comparer, paragraphe par paragraphe, avec l'article du Post."

Qui a écrit l'article du Post?"

Purdy a allumé une cigarette et a froncé les sourcils vers les gratte-ciel dehors.

"Sidney Shallett - et il est prudent. Il a eu le soutien de Forrestal. L'Armée de l'Air l'a promené ici et là, lui a organisé des interviews, et lui a censément donné la matière de l'article. Il a passé deux mois là-dessus. Ils ont approuvé son manuscrit, qui indique pratiquement que les soucoupes sont de la gnognotte. Puis ils l'ont démenti."

"Peut-être qu'une huile au sommet a soudainement décidé que c'était une mauvaise politique de nier les soucoupes volantes," ai-je suggéré.

"Pourquoi ce revirement soudain?" a insisté Purdy. "Disons qu'ils se sont payé le Post pour dissimuler la vérité, dans l'intérêt de la sécurité. C'est possible, bien que je ne le croie pas - ils pourraient simplement leur avoir fourni une histoire fausse. D'une manière ou d'une autre, pourquoi ont-ils précipité cette contradiction à la minute où le Post a atterri dans les kiosques?"

"Quelque chose de sérieux s'est produit," ai-je dit, "après que le Post soit mis sous presse."

"Oui, mais quoi?" fit Purdy impatiemment. "c'est ce que nous devons découvrir."

"Est-ce que le premier article de Shallett mentionne la mort de Mantell?"

"Il l'explique parfaitement. Vous savez ce que Mantell chassait? La planète Vénus!"

"C'est ça l'explication du Post?" ai-je demandé, incrédule.

"C'est ce que l'astronome sous contrat de l'Armée de l'Air a dit à Shallett. J'ai vérifié avec deux astronomes ici. Ils disent que même lorsque Venus est à sa taille la plus importante, vous pouvez à peine la voir pendant la journée même lorsque vous la recherchez. Elle avait seulement la moitié de sa taille maximale ce jour là, donc elle était pratiquement invisible."

"Comment l'Armée de l'Air peut-elle s'attendre à ce que quiconque croie que c'est la réponse?" ai-je dit.

Purdy a haussé les épaules. "Ils nient que c'était Vénus, dans ce rapport. Mais c'est ce qu'ils ont raconté à Shallett, que tous ces officiers de l'Armée de l'Air, les pilotes, la police d'état du Kentucky, et plusieurs centaines de personnes à Madisonville ont confondu Vénus avec un disque métallique de plusieurs centaines de pieds de diamètre."

"C'est un miracle que Shallett l'ait cru."

"Je ne crois pas qu'il l'ait cru. Il dit que si ce n'était pas Vénus ça devait être un ballon."

"Quelle est la réponse de l'Air Force?" demandai-je à Purdy.

"Regarder dans le rapport. Ils disent que quoi que ce soit que Mantell ait pourchassé - ils l'appellent "un objet mystérieux" - est toujours non identifié."

J'ai jeté un coup d'oeil sur le rapport de ce cas, à la page cinq. Il citait le message radio de Mantell disant que la chose était métallique et de taille énorme. En relation avec la mort de Mantell, il y avait le rapport de Lockbourne, Ohio, qui confirmait ce que Jack Daly m'avait dit, une année auparavant. J'ai lu le rapport:

"Le même jour, environ deux heures plus tard, un phénomène dans le ciel a été vu par plusieurs observateurs au-dessus de la base aérienne de Lockbourne, Columbus. Il a été décrit comme 'rond ou ovale, plus grand qu'un C-47, et se déplaçant en un vol d'altitude régulière plus rapidement que 500 miles par heure.' L'objet avait été en vue de la tour d'observation de Lockbourne pendant plus de 20 minutes. Les observateurs ont dit qu'il brillait de blanc à ambre, laissant une traînée ambre s'étirant sur cinq fois sa propre longueur. Il faisait des mouvements semblables à ceux d'un ascenseur et à un certain moment il a semblé toucher la terre. Aucun bruit n'a été entendu. Finalement, l'objet s'est atténué et s'est abaissé vers l'horizon."

Purdy a sonné sa secrétaire, et elle m'a apporté une copie du premier article du Post.

"Vous pouvez obtenir une copie de ce rapport par l'Armée de l'Air à Washington," me dit Purdy. "C'est le seul exemplaire que j'ai. Mais vous trouverez la même réponse pour la plupart des cas importants - les observations à la base aérienne de Muroc, les rapports des pilotes de lignes aériennes, l'observation des disques par Kenneth Arnold - ils sont tous non identifiés."

"Je me rappelle le cas d'Arnold. C'était la première observation."

"Vous avez des contacts à Washington," a continué Purdy. "Commencez d'abord par le Pentagone. Ils savent que nous travaillons là dessus. Sam Boal, le premier homme sur ce job, était descendu là bas un jour ou deux."

"Qu'est ce qu'il a trouvé?"

"Symington lui a indiqué que les soucoupes étaient des sornettes. Le Ministre Johnson a admis qu'ils avaient eu quelques photographies - nous avons entendu parler d'une photographie secrète prise au terrain de Harmon, Terre-Neuve. Le tuyau dit cette soucoupe a fichu une peur bleue à quelques pilotes et hommes de l'Armée de l'Air là-bas.

"Un Major a emmené Boal chez un certain colonel de l'Armée de l'Air et Boal a demandé à voir les les images. Le colonel a dit qu'ils n'en avaient pas. Il a fait un coup de sang quand le Major a dit que Symington avait parlé des photographies à Boal."

`

"Est-ce que Boal a fini par les voir?" demandai-je.

"Non," a grogné Purdy, "et je parierai vingt dollars que vous ne les verrez pas non plus. Mais essayez, quoi qu'il en soit. Et vérifiez cette rumeur qu'ils auraient détecté quelques disques avec les radars. Un cas était censé s'être produit à une base aérienne au Japon."

Alors que je partais, Purdy m'a donné un résumé de rapports d'observation.

"Certaines de ces derniers ont été publiés, certains autres, nous avons du les trouver nous-mêmes," a-t-il dit. "Nous avons obtenu des trucs confidentiels par des pilotes de lignes aériennes, il est assez évident l'Armée de l'Air a essayé de les faire se taire."

"Très bien," ai-je fait. "Je m'y mets. Peut-être que les choses ne sont pas tellement verrouillées, vu que ce rapport est maintenant publié."

"Nous avons découvert quelques trucs au sujet du Projet "Saucer", a dit Purdy. "Que ce soit une couverture ou que ce soit une enquête réelle, il y a beaucoup de mystère autour du Projet. Ils ont des astronomes et les astrophysiciens travaillant pour eux, et aussi des experts en fusées, des analystes techniques, et le renseignement spécial de l'Armée de l'Air. On nous a dit qu'ils peuvent demander l'aide de n'importe quel organisme gouvernemental et je sais qu'ils emploient le F.B.I."

Cela prenait une ampleur plus importante que ce que j'avais cru.

"Si la sécurité nationale est en jeu," ai-je dit à Purdy, "ils peuvent nous faire taire en un clin d'oeil."

"S'ils m'indiquent que c'est le cas, d'accord" a dit Purdy. Il a ajouté amèrement, "mais je pense qu'ils font une sacrée erreur. Ils pensent probablement que ce qu'ils font est ce qui est le mieux. Mais la vérité pourrait surgir de la mauvaise manière."

"Il est possible," ai-je pensé, "que les soucoupes appartiennent aux Russes."

"S'il s'avèrent être des missiles soviétiques, ne comptez plus sur moi," fis-je. "Nous aurions le Pentagone et le F.B.I. sur le dos."

"Ok, si c'est ça la réponse." Il riait sous cape. "Mais vous devriez vous préparer à un choc."

Source : http://ufologie.patrickgross.org/books/fsar02f.htm

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

La Terre de Mu
27 Mar 2014, 22:19
TR3B l'avion top secret
27 Mar 2014, 22:17

Suivez-nous