1958 L'Ovni de Trindade et les Photos de Almiro Barauna

par damino - 1399 vues - 0 com.
Alien, ovni, ufologie

 L'Ovni de Trindade a été photographié, par un grand nombre d'observateurs crédibles. En deux mots, ce cas est l'apparition en plein jour d'un disque volant vu par au moins 47 personnes le 16 janvier 1958 à 12:20 heure locale.

Photo de Almiro Barauna

Photo de Almiro Barauna

Les faits

Trindade est une petite île rocheuse abandonnée au milieu du Sud de l'Océan Atlantique, entre la côte brésilienne et le continent africain, à environ 750 miles au large de la côte de Bahia (20° 30 S et 29°20 O). Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, elle a été employée comme base militaire pour les USA et la Marine Brésilienne engagées contre les U-boot Allemands. Elle a été désertée après la fin de la guerre, abandonnée et oubliée jusqu'en 1957. En Octobre 1957, un groupe de travail de la Marine Brésilienne s'y est rendu, sous le commandement du Capitaine de Corvette Carlos Alberto Bacellar. Le Ministère Brésilien de la Marine avait décidé d'y établir un poste océanographique et une station météorologique pour des recherches en vue de l'Année Géophysique Internationale (IGY).

Le 16 janvier 1958, un navire appartenant au service hydrographique et de navigation de la Marine Brésilienne, l'Almirante Saldanha, qui avait déjà fait ce trajet à plusieurs reprises depuis 1957, qui avait atteint l'île de Trindade depuis Rio de Janeiro avec un équipage de trois cents hommes, sous le commandement de Jose Saldanha da Gama, et était sur le point de commencer son voyage de retour.

Un groupe civil dirigé par Amilcar Vieira Filho, un avocat et directeur de banque, et incluant un notamment capitaine en retraite de l'Armée de l'Air Brésilienne, Jose Teobaldo Viegas, était cette fois à bord à bord du navire, officiellement invité pour collaborer aux études scientifiques qui étaient en cours sur l'île. L'un des accompagnateurs était Almiro Barauna, un photographe professionnel, spécialisé dans la photographie sous-marine, et ancien reporter en "freelance."

A 12:15 au début de l'après midi, alors que le navire se préparait à appareiller, un objet étrange a été aperçu simultanément par un nombre total de 48 observateurs qui se trouvaient sur le pont. L'OVNI venait vers l'île à grande vitesse, a plané brièvement au-dessus d'une crête, disparue derrière elle pendant une courte période, et est réapparu pour ensuite s'éloigner vers la mer. M. Barauna prenait des photos des manoeuvres du bateau à ce moment, il était sur le pont avec son appareil photo Rolleiflex modèle E à objectif f/2.8. Alors qu'il était prêt à prendre des photos du dernier voyage du petit bateau utilisé entre le bateau et le rivage, il avait placé l'appareil photo à f/8 et à 1/125 seconde. La mer n'était pas calme, et ceci avait dérangé Barauna qui avait oublié de prendre ses pillules de mal de mer.

Son attention, comme celle de Filho, Viegas a été attirée par le Lieutenant Ribeiro qui a crié vers lui, gesticulant et montrant l'objet dans le ciel nuageux.

Il a fallu 30 secondes à Barauna pour être prêt à déclencher son appareil; il a alors pu prendre six photographies, à intervalles de 14 secondes comme cela a été déterminé par les analyses ultérieures. Quatre de ces photographies ont capturé l'objet en mouvement. Les vues 4 et 5 ne montraient que la mer et la côte rocheuse. Les deux premières photographies ont été prises pendant que l'objet approchait de l'île. Il a alors disparu derrière la montagne centrale (la crête de Desejado) pendant quelques secondes; alors qu'il réapparaissait quelques secondes plus tard, se déplaçant maintenant dans la direction opposée, il apparaissait plus proche et plus grand. Il s'est alors déplacé à grande vitesse vers la mer, mais Barauna a manqué l'objet dans ses deux prochains clichés, du fait de la vitesse de l'objet et de la confusion régnant sur le pont à ce moment. Il a obtenu une photo finale quand l'objet était déjà loin au dessus de la mer, et quand il, apparemment, il s'était arrêté momentanément en l'air. Après environ dix secondes il a filé et a disparu au loin.

Selon le Capitaine Viegas, l'objet était semblable à une sphère aplatie encerclée à l'équateur par un grand anneau ou une plate-forme. Selon les mots de Barauna, "il n'a fait aucun bruit, bien qu'avec les cris des gens sur le pont, et le bruit de la mer, je ne puisse pas en être certain. Il avait une apparence métallique, d'une couleur de cendre, et il y avait comme une condensation d'une vapeur verte autour de son périmètre, en particulier vers son bord avant. Son mouvement était ondulant, comme le vol d'une chauve souris."

Le Capitaine Bacellar, l'officier commandant le navire, a ordonné que le film soit développé immédiatement dans une salle de toilette convertie à bord. Afin d'authentifier le film il a également insisté sur le fait que Barauna se débarrasse de sa combinaison de plongée avant l'entrée dans la chambre noire, pour empêcher qu'il puisse emmener un film déjà réalisé avec lui. Etant donné ces précautions et les presque cinquante témoins, il n'est pas étonnant que la Marine Brésilienne qui a demandé l'analyse du film l'a considéré comme authentique, et que le président du Brésil lui-même, M. Joscelino Kubitschek, ait présenté les photos à la presse.

Les photos ont été prises sur un fond de journée claire et un ciel couvert, et les réglages de l'appareil photo ont mené à une légère surexposition des négatifs. C'était, cependant, une sage décision de Barauna que de renoncer à essayer de faire des réglages de son appareil ; s'il l'avait fait il aurait sans doute manqué de temps pour photographier l'objet.

Comme le montre les photographies, l'objet était légèrement incliné, la partie supérieure orientée dans le sens du mouvement. Il semble tout à fait net dans les photos 2 et 3, correspondant à l'approche à sa vitesse minimum, alors que les contours semblent légèrement flous dans les photos 1 et 4, correspondant à la distance maximum. En raison de la distance de l'appareil photo à l'objet, une vitesse d'obturateur de 1/125 seconde est suffisante pour geler un objet se déplaçant à des vitesses de plusieurs centaines de miles par heure. (La Marine Brésilienne a estimé la vitesse de l'objet comme étant de 600 à 700 miles par heure.) L'objet montré dans les quatre photos n'est pas lumineux. Les photos furent confirmées authentiques par John T. Hopf, analyste photographique de l'APRO, comme par le service Cruzeiro do Sul Aerophotogrammetric, auquel la Marine Brésilienne s'était référée.

L'incident et les photos ont fait un bruit énorme au Brésil, et très vite les points de vue se sont divisés. Une enquête au ministère de la marine faite par un membre du Parlement (Sergio Magalhaes) a incité a faire des recherches. Le dossier résultant n'a été jamais été rendu public dans sa totalité, mais quelques détails sont parvenus à la presse, qui avait également découvert des informations additionnelles. Il s'avère que cet incident n'était pas isolé mais qu'au moins sept autres observations se soient produites sur ou à proximité l'île dans les derniers mois de 1957 et en janvier 1958. On a affirmé que certains de ces événements avaient eus comme témoin le commandant Bacellar. Une photographie, prise avec un appareil photo ordinaire par un sergent de garnison avant le 16 janvier faisait partie du dossier. Bien qu'elle n'ait jamais été publiée, elle a été vue par Barauna quand il était interrogé au Ministère de la Marine, et par le Dr. Olavo Fontes. Les photographies de Barauna ont été montrées à la presse par le président du Brésil, Joscelino Kubitschek en personne.

L'affaire est bien sur parvenue à l'attention des États-Unis dont l'attaché naval à Rio, apparemment informé de l'attitude des militaires Américains en matière d'OVNIS, a rédigé un rapport le 11 Mars 1958, rédigé pour préserver le statu quo. Il se caractérise par ses inexactitudes et par l'orientation évidente de l'auteur, résumée par le paragraphe de conclusion: "une observation de soucoupe volante serait peu probable sur l'île très peu hospitalière de Trindade, comme chacun le sait les Martiens sont des créatures extrêmement soucieuses de leur confort."

Néanmoins, ce même rapport transcrit la position officielle du gouvernement brésilien, se rapportant à un communiqué soigneusement rédigé par le Ministère de la Marine, niant toute tentative de gêner la publication des photos qui ont été prises à bord par M. Almiro Barauna en présence des officiers de marine l'Almirante Saldanha, et remarquant que la Marine ne pouvait risquer une opinion sur la nature de l'objet qui a été observé au-dessus de l'île de Trindade. [de l'emphase a été ajoutée pour indiquer que la Marine Brésilienne admettait comme établi les faits 1) qu'un objet non identifié avait été détecté au-dessus de l'île de Trindade, et 2) que les photos de Barauna ont été en effet prises à cet endroit et montrent l'objet en question, quelle que puisse être sa véritable nature.

 

1983 Interview de Almiro Barauna PAR Ufo reporter

Quelles furent les réactions du public?

L'opinion était divisée; trois journaux m'ont attaqué, six m'ont soutenu. Mes ennemis ont tiré profit de la situation! Mais l'affaire n'a pas paru dans les journaux avant que 30 jours se soient écoulés.

Qu'est ce qui s'est produit pendant ces 30 jours?

La Marine examinait les photographies. Je me suis rendu trois fois au services secrets de la Marine. Ils avaient également envoyée les images à Kodak pour faire des tests chimiques.

Avez-vous le rapport du laboratoire?

La marine a maintenu ces rapports secrets.

Est-ce que quiconque à jamais eu des preuves solides à présenter contre vous?

Il n'y avait que des accusations sans preuves.

Y eut-il des tentatives de n'importe quel ordre de maintenir le silence sue cette affaire de la part de la marine ou du gouvernement?

Ils n'ont pas essayé de dissimuler le cas. Ils ne se sont pas devenus "Watergatisés" [néologisme Portugais]. J'ai eu l'appui total de la Marine.

La Marine a-t-elle pensé en termes de vaisseau spatial ou de machine humaine?

Il n'y avait aucune tentative d'interpréter ce que c'était. Ils ont juste donné une description physique de l'objet dans leurs rapports.

(Q. par Leo Sprinkle) Après toutes ces années, que pensez-vous de votre événement historique?

Je me sens en paix comme je l'ai toujours été. Je suis totalement confiant au sujet de l'observation.

Quand vous racontez cette histoire à vos petits-enfants, maintenant que le temps est passé, qu'est ce qui ressort de façon marquante dans votre esprit?

La manière dont la Marine et l'équipage m'ont soutenu.

Comment était la météo?

Il y avait des cirrus dans le ciel.

Est-ce que l'objet est passé devant quelque chose?

Il est passé devant des nuages mais pas devant la montagne parce qu'il était plus haut que la montagne. Mais à un certain moment il est passé derrière la montagne et est ensuite reparu.

A quelle hauteur au dessus des eaux était-il?

Trois ou quatre cents pieds au-dessus du niveau de la mer.

Vers la fin de cette interview informelle, on a soulevé trois choses que je considère significatives. Juste à titre de mise au point, j'ai demandé si l'objet avait été détecté par le radar du navire. Il a répondu qu'il n'avait pas pu l'être parce que le courant électrique était coupé à bord du bateau à ce moment. Il était sûr de la réalité de la panne de courant parce que juste avant que l'objet soit apparu un bateau de transport était treuillé vers le haut par une poulie électrique, et la poulie s'est arrêtée à mi-chemin au moment ou l'OVNI apparaissait! Une coïncidence remarquable?

Je lui ai demandé en passant comment il se faisait qu'avec tant d'hommes sur le pont à ce moment, personne d'autre n'a pris de photo. La réponse était inattendue. Oui, il y avait un photographe de presse à bord, mais il a été tellement frappé à la vue de l'OVNI qu'il a mouillé son pantalon; aucune photo n'a été prise!

Une dernière chose: le capitaine a exigé que les films soient développés immédiatement, ainsi une chambre noire a été improvisée, un sergent jugeant tenant les rideaux fermés pour éviter une lumière parasite pendant le développement de 20 minute.

 

La Photo

Nous précéderons la conclusion de l'article du Dr. Fontes sur les photographies de l'IGY avec l'analyse suivante des photographies qui a été exécutée pour l'APRO par notre analyste photo, M. John T. Hopf. Couplé aux traces physiques documentées dans nos dossiers, nous estimons que notre plaidoyer pour la nature extraterrestre de l'OVNI est valide. L'analyse suit:

Les quatre photographies prises par Almiro Barauna le 16 janvier 16, 1958 sont sans aucun doute le meilleur enregistrement d'un OVNI que j'ai eu entre les mains. Bien qu'il ne puisse y avoir aucun doute quant à leur authenticité du fait des circonstances dans lesquelles elles ont été prises, j'ai effectué une étude soigneuse des agrandissements 8 x 10 qui m'ont été envoyés. Je suis aussi certain que ces copies agrandies et les tirages que j'en ai réalisé pour la publication dans le Bulletin montrent presque tout les détails qui sont visibles dans les négatifs. (L'A.P.R.O. n'a pas pu obtenir les négatifs.)

Les données telles que précédemment publiées dans le bulletin sont: Appareil Rolleiflex, modèle E, objectif F2.8. Exposition: F8, 1/125 seconde. Type de pellicule: Non indiqué. Heure de la journée: 12:20 P.M.: clair mais couvert.

Six clichés ont été réalisés en 14 secondes comme déterminées par les essais consécutifs avec le même appareil photo par le même photographe. Deux de ces derniers (les numéros 4 et 5) ne montrent pas l'objet alors que le photographe était perturbé par la confusion régnant sur le pont. (voir le diagramme dans le Bulletin de mars.)

J'ai soigneusement confronté ces données avec l'aspect réel des photographies et en ai tiré ces conclusions:

L'aspect général du ciel, de l'eau, des détail de roche, etc., indique que les clichés ont été pris un jour couvert.

La densité et le contraste de l'OVNI est celle d'un objet plein à une distance considérable de l'appareil photo dans de telles conditions d'éclairage. Ceci a été vérifié par comparaison avec de nombreuses photographies semblables d'avion conventionnel éloignés prises dans des conditions similaires. Cette comparaison indique également une taille probable de 120 x 24 pieds pour l'objet, comme l'on déduit des études et des essais effectués par le gouvernement brésilien.

L'objet n'est pas lumineux ou d'aspect nuageux comme dans de nombreuses autres photographies d'OVNIS.

La vitesse d'obturation utilisée, de 1/25 de seconde, est suffisante pour "geler" un objet se déplaçant à plusieurs centaines de miles par heure s'il était assez éloigné de l'appareil, comme l'était l'objet. Il est intéressant de noter que le contour de l'objet est assez net dans les vues 2 et 3, au moments où il avait ralenti, mais légèrement flou dans les vues 1 et 4 alors qu'il se déplaçait plus rapidement, condition pour laquelle la vitesse 'obturation n'est plus assez élevée pour geler le mouvement. Une distance plus grande contribue également à cet effet.

Je ne peux trouver aucune indication de traînée de vapeur ou halo lumineux comme rapporté par quelques témoins. Ceci a pu ne pas avoir enregistré en raison de la surexposition du fond du ciel.

Si l'obturateur avait été placé à 1/250 ou 1/500 seconde, nous aurions eu un ensemble d'images beaucoup plus nettes; cependant, M. Barauna devrait être complimenté sur sa vigilance et son sang-froid qui ont permis d'obtenir des photographies aussi bonnes que ces dernières dans de telles conditions. S'il avait tenté de régler correctement sa vitesse d'obturation, nous n'aurions simplement eu aucune photographie du tout.

 

Source : http://www.les-ovnis.com/pages/rencontres-et-observations-d-ovnis-et-d-aliens/1958-l-ovni-de-trindade-et-les-photos-de-almiro-barauna.html

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Suivez-nous