La plus ancienne cité d’Europe près de Provadia était "l'hôtel de la monnaie" des Balkans

par damino - 983 vues - 0 com.
Mystère, légende, archéologie

Pour la plupart des gens, le sel est un condiment et nombreux sont ceux qui croient qu’il nuit à la santé en trop grandes quantités. Certains d’autres l’appellent le poison blanc bien qu’il soit un produit nécessaire au fonctionnement de l’organisme. Il s’avère cependant que la matière de cristal blanche a un rapport direct avec l’évolution de la plus ancienne civilisation sur le vieux continent. Grâce à la production de sel, il y a plus de 6500 ans à proximité du lac de Varna est construite la plus ancienne ville jamais découverte en Europe. En fouillant les salines au bord du lac, les archéologues remontent à la surface un par un des vestiges du passé millénaire en enrichissant nos connaissances sur une culture peu connue qui est à l’origine de la civilisation européenne.

Ce n’étaient pas les pièces de monnaie ni l’or qui servaient les échanges des hommes au cours de millénaires, c’était le sel. C’est pour cette raison que tous ceux qui dans le lointain passé avaient accès à de grandes quantités de sel étaient considérés comme riches et influents. Or, les plus grandes salines en Europe étaient dans la région de l’actuelle ville de Provadia à proximité du lac de Varna. C’est précisément grâce à ce produit qu’on voit sortir de terre une agglomération et un centre culturel et commercial. Nous en voyons le témoignage dans les vestiges d’une impressionnante cité antique préhistorique qui a été fondée il y plus de 6500 ans. « Elle était entourée d’énormes murailles de pierre épaisses de plus de deux mètres et hautes de trois mètres, explique le professeur Vassil Nikolov de l’Institut national d’archéologie avec un musée de l’Académie bulgare des sciences. Au 5e millénaire avant J.-C. cette région acquiert une position dominante dans cette partie du continent. Le « lingots » de sel de Provadia qui sont utilisés comme de l’argent sont connus loin de là et garantissent à la population locale des richesses et une vie somptueuse. A cette époque déjà, l’agglomération était ornée de magnifiques bâtiments et de belles maisons fonctionnelles de deux étages. Il y avait à un des bouts de la cité le centre pour la production du sel, à l’autre bout était situé le centre religieux avec un sanctuaire de fosse. Récemment, l’équipe du prof. Nikolov est tombée sur la nécropole, l’endroit où étaient enterrés les morts.


“On déposait dans les tombes des objets en cuivre. Or, dans cette région on ne produisait pas ce métal, le cuivre était importé du nord. Il s’agit plus spécialement des haches, des poinçons, des aiguilles à deux spirales. Tous ces objets témoignent d’un statut social élevé. En fait, les fouilles de Provadia nous laissent à penser qu’il existait des liens entre les salines antiques et les populations locales avec la nécropole de Varna du 5e millénaire avant J.-C qui est connue avec le plus ancien or transformé dans le monde. Nous croyons que les gens aisés enterrés dans la nécropole de Varna ont justement fait leurs fortunes grâce au sel. En plus de cela, le commerce du sel permettait la mise en place d’une communauté économique avec une stratification sociale, chose qu’on observe ici pour la première fois en Europe. C’est pour toutes ces raisons que nous nous permettons d’appeler l’agglomération près des salines « une cité préhistorique », explique avec enthousiasme le prof. Nikolov.

Ce qui cependant provoque le plus grand étonnement ce sont les milliers de fragments de briquetages, qui sont des récipients en céramique dans lesquels les ancêtres faisaient évaporer la solution calée pour obtenir une substance solide. En fait, l’équipe du prof. Nikolov tombe aussi sur les formes utilisées pour fabriquer « l’argent de sel ». Cet argent antique représente en fait des petits cubes de sel séché et cuit avec des technologies primitives. « Ce sont les premières pièces de monnaie dans la région de la Mediterrannée orientale, ajoute le prof. Nikolov. Et de préciser en souriant que les salines de Provadia ont été en fait la première fonderie pour des pièces de monnaie dans les Balkans.

Pour quelles raisons la cité préhistorique au bord du lac de Varna disparaît-elle ? « Pour les mêmes raisons qui ont mis fin à l’évolution de la première civilisation européenne ! », affirme l’archéologue. Et d’ajouter qu’il s’agit probablement de l’assèchement du climat vers la fin du 5e millénaire avant J.-C. Les conditions pour l’agriculture se dégradent, les populations deviennent nomades, c’est-à-dire elles commencent à élever des troupeaux et à se déplacer avec eux. Ceci a pour résultat la disparition de la civilisation et, avec elle, celle de la cité près de Provadia. Peu à peu les ressources de sel s’estompent et la production décline. Ceci met fin à une époque de prospérité dans l’antiquité

Source : http://bnr.bg/sites/fr/Lifestyle/HistoryAndReligion/Pages/141112_provadia.aspx

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Suivez-nous