Une découverte qui bouleverse la vision du système solaire…

par damino - 1741 vues - 0 com.
Univers, étoile

Une découverte qui bouleverse la vision du système solaire…

La plupart des corps primitifs peuplant la ceinture d'astéroïdes, entre Jupiter et Mars, seraient en fait des comètes. Cette découverte, bouleverse la vision du système solaire.



 

Une étude réalisée par des chercheurs américains et français (Laboratoire de minéralogie et cosmochimie du Muséum et Observatoire de la Côte d'Azur) indique que les astéroïdes primitifs évoluant entre Jupiter et Mars seraient en fait des comètes.

 

Ces astres dont l’origine se situe au-delà de l’orbite de Jupiter auraient été emprisonnés 600 millions d'années après la formation du système solaire, lors du Grand bombardement tardif. Cet événement très violent a été provoqué par l'entrée en résonance orbitale de Saturne et Jupiter : la révolution de Saturne atteint alors exactement deux fois celle de Jupiter, les deux planètes se croisent plus souvent, interagissent et déstabilisent tout autour d'elles.

 

Dans un article, publié dans Nature, les chercheurs montrent comment à l’aide de simulations ils se sont aperçus que les propriétés dynamiques de certains corps de la ceinture d’astéroïdes ne s’expliquaient que par l’hypothèse de comètes piégées.

 

Cette bande ne se compose donc pas exclusivement d'astéroïdes indigènes provenant de la formation du système solaire.

 

« La ceinture d’astéroïdes a une origine plus complexe que prévu et elle contient des intrus !

 

Elle reflète les chamboulements que le système solaire a connu durant les 100 millions d’années du Grand bombardement tardif », commente Matthieu Gounelle, professeur au Muséum.

 

« Cette découverte nous dit aussi qu’il y a une continuité entre les comètes et les astéroïdes primitifs et elle pourrait également expliquer l’origine des micrométéorites ». Ces poussières dont la composition est plus riche en matériaux carbonés que les météorites, proviendraient de ces comètes. Celles-ci plus fragiles et riches en carbone se désagrégeraient plus facilement et arroseraient ainsi la Terre de poussières célestes.

 

Source : Sciences-et-Avenir

 

Que croire… ?

 

En effet pourtant on prétend depuis toujours, que la ceinture d'astéroïdes qui est une région du système solaire située entre les orbites de Mars et Jupiter,  contient la majeure partie des orbites des astéroïdes connus.

 

Si quelqu’un avait annoncé il y a 20 ou 10 ans, ce qui est expliqué plus haut, on l’aurait traité de fou au minimum !

 

La plupart des scientifiques considèrent que la ceinture d'astéroïdes est composée de résidus du système solaire primitif qui n'ont jamais formés de planète.

 

À l'origine, il avait été avancé que la ceinture proviendrait de la fragmentation d'une planète (nommée Phaéton). Cette hypothèse est tombée en désuétude à cause d'un certain nombre de problèmes.

 

Le premier concerne l'énorme énergie nécessaire. Un autre est la faible masse totale de la ceinture, qui n'est qu'une fraction de celle de la Lune. Enfin, les différences de composition chimique entre les astéroïdes sont difficiles, voir impossibles même pourrait on dire pour expliquer si tous proviennent du même corps.

 

Tous les astéroïdes de la ceinture sont des petits corps du système solaire, à l'exception de Cérès, considéré comme une planète naine.

 

Cérès, est la plus petite planète naine connue du système solaire et la seule située dans la ceinture d'astéroïdes. Elle fut découverte le 1er janvier 1801 par Giuseppe Piazzi et porte le nom de la déesse romaine Cérès.

 

Avec un diamètre d'environ 950 km, Cérès est le plus grand et le plus massif objet de la ceinture d'astéroïdes.

 

Cérès possèderait un noyau rocheux et un manteau de glace. Elle pourrait héberger un océan d'eau liquide, ce qui en fait une piste possible pour la recherche de vie extraterrestre. Cérès pourrait être entourée d'une atmosphère ténue contenant de la vapeur d'eau également.

 

L’histoire de Cérès est assez intéressante, la classification de Cérès a changé plus d'une fois et a été le sujet de controverses. Pour certains, Cérès était la « planète manquante ». Il lui fut attribué un symbole planétaire et Cérès demeura listé comme planète dans les livres et tables d'astronomie (avec Pallas, Junon et Vesta) pendant un demi-siècle jusqu'à ce que d'autres astéroïdes soient découverts.

 

En 2006, le débat concernant le statut de Pluton et la définition du terme planète a conduit à reconsidérer le statut de Cérès[. L'une des propositions de définitions présentées devant l'Union astronomique internationale pour la définition d'une planète (un corps en équilibre hydrostatique en orbite autour d'une étoile et n'étant ni une étoile, ni un satellite d'une planète) aurait fait de Cérès la cinquième planète à partir du Soleil.

 

Mais bien sur cette définition ne fut pas adoptée. La définition finale fut annoncée le 24 août 2006, ajoutant qu'une planète devait avoir « nettoyé son voisinage ». Cérès fut alors catégorisé comme planète naine.

 

Tout comme Pluton, Cérès dérange la science officielle, et son statut, comme celui de Pluton, est sujet à caution et à débat houleux dans la sphère scinetifique.

 

Selon nos chers scientifiques, Cérès est issue d'une protoplanète, un embryon planétaire qui s'est formé il y 4,57 milliards d'années dans la ceinture d'astéroïdes( ou de comètes, on ne sait plus !). Tandis que la majorité des protoplanètes furent éjectées du système solaire par Jupiter ou rentrèrent en collision entre eux en formant les planètes telluriques, Cérès a survécu relativement intact, on ne sait ni comment, ni pourquoi, le hasard sans doute ?!

 

Peu après sa formation, toujours selon nos chers scientifiques, Cérès s'est différencié entre un noyau rocheux et un manteau de glace, en raison de l'échauffement provoqué par l'accrétion et peut-être par la désintégration de radioisotopes disparus depuis lors !

 

Voilà, voilà, donc pas de preuve à fournir pour la science, puisque ces radioisotopes (des atomes dont le noyau est instable et donc radioactif.) ont disparus !  Circulez y a rien à voir !

 

Néanmoins, comme vu plus haut, Cérès hébergerait un océan d'eau liquide, et serait entourée d'une atmosphère ténue contenant de la vapeur d'eau, et du givre également. Ce qui en fait une piste possible selon la science pour la recherche de vie extraterrestre, ( heureusment tout de même dirons nous !)

 

Autre fait troublant, par le passé, Cérès était considéré comme membre d'une famille d'astéroïdes, un regroupement d'astéroïdes qui partagent des éléments orbitaux similaires et peuvent avoir une origine commune (par exemple, suite à une collision… comme toujours avec la science).

 

Cérès possède cependant des propriétés spectrales distinctes des autres membres de cette famille,  Cérès est tout simplement un intrus dans cette famille, partageant des éléments orbitaux mais pas une origine commune. Ce qui laisse de grandes questions en suspend, nous en conviendrons tous aisément n’est ce pas ?

 

La masse de Cérès, forme le tiers de la masse totale estimée de tous les astéroïdes du système solaire, ce qui n’est pas rien non plus.

 

Cérès a une taille et une masse suffisantes pour être proche de l'équilibre hydrostatique et est donc de forme quasi-sphérique. Les autres grands astéroïdes tels que Pallas, Junon et Vesta par exemple sont nettement plus irréguliers.

 

De plus, le manteau de Cérès d'une épaisseur de 60 à 120 km, pourrait contenir 200 000 000 km3 d'eau (16 à 26 % de la masse de Cérès), soit plus que la totalité de l'eau douce sur Terre.

 

Il existe divers points ‘’ singuliers ‘’  de nature ‘’  incertaine ‘’ à la surface de Cérès. Les photographies ultraviolettes en haute résolution ( 50 Km) prises par le télescope spatial Hubble en 1995 montrèrent un point sombre sur sa surface, qui fut surnommé « Piazzi » en l'honneur du découvreur de Cérès et dont on pensait qu'il s'agissait d'un cratère.

 

Des images ultérieures, prises en plus haute résolution ( 30 Km) par le télescope Keck par optique adaptative sur une rotation complète, ne montrèrent aucun signe de « Piazzi ».

 

Cependant, deux zones sombres semblaient se déplacer avec la rotation de la planète naine, l'une d'entre elle possédant une région centrale brillante. Les scientifiques ont émis l'hypothèse qu'il s'agit également de cratères. Les images les plus récentes, prises par Hubble en lumière visible en 2003 et 2004, mettent en évidence onze points singuliers de nature ‘’ inconnue ‘’ à la surface de Cérès.

 

L'une de ces zones correspond à « Piazzi ». Les zones de faible albedo observées par Keck n'ont pas pu être identifiées sur ces images.

 

Notons également, que Cérèsl orbite à 2,8 UA du Soleil, ce qui est également la distance du centre de masse de la ceinture d'astéroïdes !

 

Je pose juste la question comme ça, mais ces ‘’ points singuliers ‘’ de nature incertaine, ces zones sombres possédant une région centrale brillante et se déplaçant avec la rotation de la planète, et ces onze points singuliers de nature ‘’ inconnue ‘’ à la surface de Cérès, ne pourraient ils pas trahir la une activité extraterrestre ?

 

D’autant que Cérès est un client sérieux pour ce genre d’hypothèse qui n’est pas si stupide à 1ere vue.

 

À ce jour, Cérès n'a jamais été visité par une sonde spatiale.

 

Cependant, Cérès constitue l'un des deux objectifs de la sonde Dawn (avec Vesta) ; lancée en septembre 2007, elle doit atteindre la planète naine en 2015.

 

Mais revenons en au sujet principal…

 

On estime a 1 700 000 le nombre d'astéroïdes plus grands qu'un km, qui composent cette fameuse ceinture, imaginez le nombres d’astéroïdes de moins de 1 km qu’elle doit contenir, par exemple, on est certain qu'il existerait 100 fois plus d'astéroïdes d'un diamètre de 100 m que d'1 km !

 

Notons au passage, que selon la théorie officielle, la ceinture d'astéroïdes actuelle ne contiendrait qu'une petite partie de la masse de la ceinture primordiale.

 

Sur la base de simulations informatiques, cette ceinture aurait eu une masse équivalente à celle de la Terre. À cause de perturbations gravitationnelles, la majeure partie des matériaux furent éjectés à peine un million d'années après leur formation, ne laissant au final que moins de 0,1% de la masse d'origine.

 

Ou est cette masse manquante d’origine ? on en sait foutre rien, une fois de plus.

 

Et comme souvent avec la science, du chaos, nait la perfection !

 

Nous le constatons avec notre Lune par exemple, avec le big bang, et avec l’univers tout entier, y compris notre propre système solaire !

Source : http://homme-et-espace.over-blog.com/article-34658734.html

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Apophis l'astéroïde
28 Dec 2018, 13:53
la planete diamant
27 Mar 2014, 22:17

Suivez-nous