Sommes nous tous... des extraterrestres...?!

par damino - 2332 vues - 0 com.
Alien, ovni, ufologie

L'atmosphère terrestre serait... extraterrestre…

Pour des chercheurs de l’Université de Manchester, il n’y a plus de doute. L’atmosphère de la Terre ne peut en aucune façon provenir du dégazage de son manteau comme il est encore écrit dans de nombreux manuels.

Leurs analyses isotopiques obligeraient à trouver une autre explication, celle des comètes par exemple.

 Les arguments en faveur d’une origine extraterrestre de l’eau des océans se sont multipliés depuis quelques années. Un consensus ne semble pourtant toujours pas s’être réalisé dans la communauté scientifique. Si Greg Holland et Chris Ballentine ont raison, alors le cas de l’origine de l’atmosphère de la Terre semble bel et bien réglé, lui.

 Or, comme le font remarquer les auteurs d’un article publié récemment dans Science, si l’atmosphère de la Terre n’est pas le résultat du dégazage volcanique pendant l’Hadéen et au début de l’Archéen, cela rend d’autant plus improbable une explication de l’eau des océans par le même phénomène.Les progrès de la géochimie isotopique aidant, il est devenu possible de mesurer d’infimes différences entre des rapports d’isotopes dans des matériaux. Ces derniers sont des traceurs des échanges de matières entre différents systèmes dans des conditions de températures et de pressions données.Ils permettent aussi de dater à quelles époques de tels échanges se sont produits. On sait ainsi grâce à eux quand le noyau de la Terre s’est formé par différentiation du manteau.

 Notre atmosphère est-elle la deuxième qu'a connue la Terre ?

 Greg Holland et Chris Ballentine ont appliqué cette technique pour comparer la composition isotopique de l’atmosphère terrestre avec celle du manteau. Si la première provient d’un dégazage primitif du second, alors certains rapports isotopiques doivent être identiques.

 On sait que la Terre s’est formée à partir de l’accrétion de météorites, de nature chondritique pour l’essentiel. Les chercheurs ont réussi à déterminer plus précisément le rapport isotopique du krypton et du xénon dans des gaz volcaniques issus du manteau, qui s’est bien révélé identique à celui des météorites. On voit aussi maintenant qu’il diffère de celui de l’atmosphère terrestre.La conclusion semble imparable pour ces gaz rares chimiquement inertes, l’atmosphère de la Terre ne peut pas provenir d’un dégazage primitif et doit son existence à un apport ultérieur, probablement celui des comètes, ou des micrométéorites comme le soutien depuis des années Michel Maurette.

 Cela n’est pas si surprenant...En effet, il semble très probable que la première atmosphère de la Terre ait été soufflée par l’impact de Théia, le corps céleste de la taille de Mars dont on suppose qu’il est à l’origine de la Lune. On pouvait donc déjà prédire une origine ultérieure à la phase d’accrétion primitive pour l’eau et pour l’atmosphère de la Terre.

 

Source : Futura-Sciences 

C’est vraiment interessant cette origine extraterrestre de l’atmosphère, même si ENCORE une fois, la source de cet apport nous est expliqué par des comètes, ou des micrométéorites, ce qui revient un peu trop souvent à mon gout.

En effet les comètes expliqueraient tout selon la science à présent, sur les origines : de l’atmosphère, des océans, de la vie, de la Lune, de l’extinction des dinosaures, le diamant noir, l’ADN, etc etc…

 Sauf que en y regardant de plus près, cela ne tient pas la route une seule seconde…Faisons un petit tour rapide de tout ce qui serait d’origine extraterrestre, ou cométaire selon la science officielle.

 Diamant noir : une origine extraterrestre…

 Une des plus fascinantes énigmes, à la frontière de la géologie et de l'astrophysique, vient peut être de trouver sa solution. Les diamants noirs sont bien d'origine extraterrestre d'après un groupe de chercheurs aux Etats Unis.Aussi surprenant que cela puisse paraître, il existe bel et bien une variété de diamants noirs que l'on trouve uniquement au Brésil et en République Centre Afriquaine dans des formations géologiques particulières.

 Appelés aussi « Carbonado » depuis le milieu du 18ième siècle, d'après une expression portugaise signifiant « brûlé, carbonisé », ils portent bien leur nom car leur apparence est celle d'un morceau de charbon de bois variant du gris au noir, avec parfois des porosités.

 Ils ne sont pas simplement caractérisés par leur couleur et leur localisation géographique, ils représentent aussi une anomalie pour les minéralogistes. Partout sur la planète, les diamants sont normalement associés à des roches volcaniques, appelées kimberlites, générées par des éruptions violentes ramenant les diamants de zones dont la profondeur dépasse les 150 km à l'intérieur de la Terre.

Il faut savoir, en effet, qu'il faut des pressions et des températures importantes pour provoquer la génération de diamants à partir du carbone.

Or, pas un seul diamant noir n'a jamais été trouvé dans une kimberlite ! Les choses ont empiré quand on s'est aperçu que, d'une part, ils ne constituaient pas un seul cristal mais une association de cristaux et que, d'autre part, les mesures isotopiques du rapport carbone 12 sur carbone 13 ne correspondaient pas à celles associées aux autres diamants !

 En 1985, Joseph Smith de l'Université de Chicago et J. Barry Dawson de l'Université de Sheffield en Angleterre ont alors proposé qu'ils résultaient de l'impact de météorites géantes à l'ère précambrienne. Les formations géologiques où l'on peut trouver la source des diamants noirs datent, en effet, de plus de deux milliards d'années, peut-être même quatre d'après certaines datations récentes, justement lorsque le bombardement météoritique était intense.

 Toutefois, à chaque fois, aucun cratère d'impact n'a pu être trouvé.

Au milieu des années 90, Stephen Haggerty, que l'on va bientôt retrouver, entre alors en scène. Il propose tout simplement que les diamants noirs ne résultent pas d'un impact météoritique, mais se forment directement dans les nuages interstellaires, riches en carbone et hydrogène, sous l'action des terribles ondes de choc des supernovae.

Les fortes pressions et températures seraient alors suffisantes pour créer de véritables agrégats de diamants noirs, de la taille d'un astéroïde, qui seront ultérieurement fragmentés et tomberont sur la Terre primitive.

 Comment rendre plus crédibles ces hypothèses ?

 Tout simplement en mesurant la présence d'atomes d'hydrogène et d'azote et c'est ce que Stephen Haggerty et Jozsef Garai de la Florida International University viennent de faire avec leurs collègues Sandeep Rekhi et Mark Chance de la Case Western Reserve University. Dans un article publié dans Astrophysical Journal Letters, ils relatent les divers résultats de leur mesures effectuées en infra-rouge à l'aide du Synchrotron du Brookhaven National Laboratory.

Les « Carbonado » partagent maintenant nombre de similitudes avec les micro-diamants déjà isolés dans les météorites, ce sont bien des diamants extraterrestres !

 Source : futura-sciences

 Pour les océans, ou plutôt l’océan mondial, il en serait de même, nous l’avons déjà évoqué sur ce forum, mais revenons y un moment :

 Eh oui, les océans proviendraient majoritairement de matériaux extraterrestres, de l'eau et du chlore contenus dans les comètes qui ont frappé la Terre il y a plusieurs milliards d'années.

Quelle stupidité, quand on y réfléchit ne serait-ce qu’un instant. En effet L’eau des océans de la Terre représente 1 320 millions de KM3, soit 1 320 millions de cubes de 1 Km de coté, imaginez le nombre de comètes ou de micrométéorites pour apporter ces milliards de milliards de milliards de litres d’eau !

Enfin bref libre à chacun d’y croire ou pas en tout cas…

Sujet complet ici : Les océans seraient " tombés" du ciel... .

Passons à l’ADN, et à l'adénine du premier ADN :

 Une origine extraterrestre ?

 L’adénine est une des molécules fondamentales de la Vie puisque c’est une des quatre bases azotées composant l’ADN et l’ARN. Depuis les travaux de R.Shapiro, sa synthèse dans les conditions de la soupe pré-biotique primitive, selon un mécanisme du genre proposé par Miller et Oparine, semble peu probable.

Des chimistes de l’Université du Missouri ont peut-être résolu l’énigme : l’adénine serait synthétisée massivement dans l’espace à l’intérieur des nuages moléculaires.

 En 1993, Robert Shapiro de l'université de New York publie un article dans lequel il argue que les propriétés chimiques de l’adénine cadrent mal avec une supposée large disponibilité dans les conditions pré-biotiques et avec sa participation aux premiers mécanismes de réplications.

 Si l’on reprend son analyse à propos de cette molécule de formule brute C5H5N5, et appartenant à la famille des purines, alors on est en effet amené aux conclusions suivantes :

 La synthèse de l'adénine par oligomérisation du cyanure d’hydrogène (HCN) demande des concentrations d’HCN voisines de 0,01 M. C’est peu crédible étant donné l’environnement de la Terre primitive,  l’adénine s’hydrolyse facilement.

 Difficile, voir impossible d’imaginer son apparition dans l’océan primitif en grandes quantités.

Source : Futura Sciences.

 La aussi l’origine extraterrestre nous est donnée, par l’apport des comètes, ou de micrométéorites, et ceci au tout début de la création supposé du sytème solaire.Sauf que, comme vu plus haut, la première atmosphère de la Terre a été soufflée par l’impact de Théia, et sans doute les océans également, selon nos scientifiques ! Alors pas de chance.

Ah si, on a de la chance, bien au contraire même, puisque selon nos scientifiques, la Lune est apparut comme un miracle, plus grosse, plus proche, que n’importe quelle autre lune, et avec de l’eau en plus.

On a eu de la chance également, puisque les comètes ont repris leur trafic incéssant pour nous apporter une 2e fois l’atmosphère, et des millions de km3 d’eau, qui étaient partit lors de l’impact gigantesque avec Théia !

La vie provient d'« ailleurs »…

Des astrobiologistes de la Nasa ont mis en évidence la présence d’acides aminés extra-terrestres sur des échantillons de la comète Wild 2. Une première. Jamie Elsila, astrobiologiste à la Nasa, a déclaré que des acides aminés avaient déjà été trouvés sur des météorites mais jamais sur une comète.

En janvier 2004, ces échantillons avaient été prélevés dans la queue de la comète par la sonde Stardust de la Nasa à 390 millions de kilomètres de la Terre. Les acides aminés sont les constituants de base des protéines qui forment l’intégralité des organes, cellules et enzymes des organismes vivants. Ils existent sous une vingtaine de formes différentes dans le code génétique.

La piste d’ET…

Ici, c’est la glycine qui a été identifiée sur la comète. Mais il a fallu «longtemps aux chercheurs pour s'assurer qu'elle ne provenait pas d'une contamination et qu'elle était bien d'origine extraterrestre», explique l’agence Reuters, qui enfonce le clou: «Cette découverte renforce l'hypothèse selon laquelle la vie pourrait être d'origine extra-terrestre».Nombreux scientifiques pensent en effet que les premiers acides aminés seraient arrivés sur Terre à bord de météorites ou de comètes et auraient donc été à l’origine des êtres vivants sur la Terre mais également sur d’autres planètes.

Source : 20 Minutes.

Selon des études récentes ( 2006), des micro-organismes survivraient à un voyage interplanétaire entre Mars et la Terre, rien n’interdit des voyages beaucoup plus long.Aujourd'hui, on envisage même un mécanisme intermédiaire : des entités prébiotiques, c'est-à-dire partiellement engagées dans le processus menant à la vie, auraient voyagé jusqu'à la Terre où elles auraient terminé leur évolution.On sait aujourd'hui que l'eau, l'élément essentiel à l'apparition de la vie, est présente sur différents objets de notre Système solaire. Des données récentes obtenues par le robot Rover de la nasa montrent que de l'eau a coulé sur Mars par le passé, et coule encore abondament, mais ca c’est top secret.La vie a existé sur la planète rouge. Elle aurait aussi pu se développer sur Europe, une des lunes de Jupiter (la quatrième par la taille), car ce satellite semble constitué d'eau liquide sous sa surface gelée. De plus, malgré sa température glaciale, le plus gros satellite de Saturne, Titan, riche en composés organiques, aurait présenté des formes de vie.La vie a aussi fait quelques incursions sur Vénus où l'environnement n'aurait pas toujours été si hostile. Sa surface est trop chaude et est soumise à une pression atmosphérique trop élevée pour être habitable, mais il n'est pas inconcevable que la planète puisse abriter des micro-organismes dans son atmosphère, etc etc…

Je pense que l’on est tous d’accord pour admettre que la vie vient bien d’ailleurs, mais d’ou ??

Signalons tout de même qu’une comète est un petit astre brillant constitué de glace et de poussière du système solaire, dont l'orbite a généralement la forme d'une ellipse très allongée, et souvent accompagné d'une longue traînée lumineuse due à l'interaction à vitesse élevée entre la comète au voisinage du Soleil et diverses forces émanant du Soleil : vent solaire, pression de radiation et gravitation.

De ce que qu’une comète est faite, reste du domaine de l'hypothèse, et la  constitution du noyau la plus communément admise, est qu'il serait un corps solide constitué de glaces (eau, monoxyde de carbone, dioxyde de carbone) et de matières météoritiques agglomérées, modèle dit de la « boule de neige sale.

Nous serions donc tous issus ( océans - atmosphères - ADN - hommes - plantes - animaux, diamants noirs etc etc ) d’une boule de neige sale ?!

Et pour conclure, la sonde européenne SOHO destinée à étudier le Soleil en continu,  a permis de découvrir des comètes qui finissaient leur vie en « tombant » dans le Soleil, appelées comètes rasantes.

Tout cela pour dire que le Soleil représente à lui seul 99,86 % de la masse du système solaire ainsi constitué , et attire à lui le plus grand nombre de corps celeste et plus particulièrement les comètes, de ce fait c’est un autre véritable miracle que des milliards de comètes aient par le passé, réussit à percutées la Terre en lui apportant : océans - atmosphères - ADN - hommes - plantes - animaux, diamants noirs etc etc…

Rien que notre galaxie est constituée d’environ 200 à 400 milliards d’étoiles, et 10 ou 20 fois plus de planètes, alors affirmer que seul notre Terre, avec de  nombreux miracles, abrite la vie, j’aurais tendance à dire : quelle connerie !!

La structure interne du Soleil reste un mystère, car pas observable directement, et le Soleil lui-même étant radio-opaque, aucun instrument visuel ne peut percer sa composition interne.

Mais de la même façon que la sismologie a permis, par l’étude des ondes produites par les tremblements de terre, de déterminer en théorie, la structure interne de la Terre, l’héliosismologie utilise les pulsations solaires pour mesurer et visualiser indirectement la structure interne du Soleil. La simulation informatique est également utilisée comme outil théorique pour sonder les couches les plus profondes.

Tout comme les Aztèques, les Egyptiens, les Mayas, les Sumériens, et toutes les anciennes civilisations, j’aurai plutôt tendance à croire que la vie vient de notre étoile, notre Soleil, plutôt que d’une boule de neige sale. De plus sans le Soleil, aucune vie ne serait possible. Si le Soleil venait à disparaitre, ou même si ses rayons ne nous parvenaient plus, la vie s’éteindrait sur Terre.

Le Soleil est un symbole très puissant pour les hommes. Il occupe depuis toujours une place dominante dans chaque culture.

Alors doit on rire de nos ancêtres qui déclaraient que le Soleil est un ‘’ Dieu ‘’  créateur de vie, ou doit on rire plutôt de notre science moderne qui déclare que les comètes sont des sortes de ‘’ dieux  ‘’ créateurs de vie ?

Source : http://homme-et-espace.over-blog.com/article-sommes-nous-tous-des-extraterrestres--41217580.html

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Les OVNIs de Maslin Beach
27 Mar 2014, 22:21

Suivez-nous