Le théâtre Drury Lane à Londres

par damino - 1979 vues - 0 com.
Fantôme, esprit, paranormal

Le théâtre Drury Lane, construit en 1663, est le plus ancien édifice au monde à avoir toujours conservé cette fonction. Il est resté vide pendant la deuxième moitié du XVIIéme siècle, lorsque Londres fut accablée d’abord par la peste, puis par le fameux grand incendie. Quand il rouvrit ces portes, le roi Charles II vit Nell Gwynn à ses débuts sur scènes en 1665 et il en tomba immédiatement amoureux. Le théâtre fut ravagé par le feu à la fin de cette même année, puis une nouvelle fois en 1809. Il fut assailli par une foule en colère en 1737, et après avoir à nouveau subi des dommages lors d’une autre émeute en 1780, il fut placé chaque soir sous la garde de soldats, jusqu’en 1896. En 1800, le théâtre fut même le décor d’une tentative d’assassinat, quand James Hadfield, tout juste renvoyé de l’armée, tenta de tirer sur le roi George III, alors que celui-ci avait pris place dans la loge royale. 

L’un des acteurs de théâtre les plus illustres du XVIIIéme siècle fut un Irlandais du nom de Charles Macklin. Son interprétation dans le rôle de Shylock, dans Le marchand de Venise, en 1741 fut prodigieuse et marqua le début d’une nouvelle école d’interprétation que David Garrick allait rapidement rendre célèbre. Aussi grand acteur qu’il fût (et d’une grande longévité dans ce métier, puisqu’il mourut, dit-on, à l’âge de 107 ans), Macklin était un homme ignoble et violent. Au cours d’une banale dispute au sujet d’une perruque, il creva l’œil de son partenaire de scène, Thomas Hallam, avec un bâton pointu. Hallam mourut des suites de cette blessure, mais Macklin échappa à la condamnation et depuis son spectre s’est retrouvé piégé sur la scène du crime. Des personnes ont souvent vu un fantôme grand et mince, au visage de repentant, aux traits profondément ridés et disgracieux, dans la fosse d’orchestre, aux premières heures du matin.


La vision la plus courante au théâtre Drury Lane est celle du spectre majestueux et bienveillant d’un gentleman du XVIIIéme siècle, chaussé de bottes d’équitation, vêtu d’une cape grise et portant une épée à la ceinture.L’homme en gris, ainsi a-t-il été baptisé, est apparu à des membres de troupes de nombreux spectacles qui ont remporté un triomphe dans ce théâtre, au fil des ans. N’étant jamais apparu avant un échec, il s’est entouré ainsi d’une aura de superstition. Il est d’ailleurs apparu à tout les nouvelles troupes  de Miss Saigon. Ainsi, son fantôme a été si fortement associé aux grands succès et aux prolongements à l’affiche que lorsque l’on a proposé au théâtre d’effectuer un exorcisme, l’offre à été poliment décliné.

Cette silhouette a été maintes fois aperçue, en train de déambuler le long des rangées du deuxième balcon et dans le théâtre, avant de disparaître dans un mur, ou assis dans un fauteuil bien précis, à regarder les répétitions. Une femme de ménage raconte l’avoir vu assis en silence au quatrième rang du deuxième balcon, un matin, à 10h, en 1938; l’année d’après, six enquêteur du paranormal le virent dans ce même fauteuil. En 1939 il fut aperçu pas plus de 50 membres de la troupe du spectacle d’Ivor Novello, The Dancing Years, alors que ceux-ci posaient sur scène pour une séance photo, avant la première. Les visions se sont toujours produites entre 10h et 16h.
A la fin du XIXéme siècle, des ouvriers qui rénovaient le théâtre firent une découverte macabre qui porta un éclairage nouveau sur l’identité de cet homme. Derrière le mur à travers lequel le fantôme était passé lors de ces nombreuses apparitions, les hommes une pièce longtemps oubliée et condamnée. A l’intérieur gisait un squelette portant des fragments de ce qui semblait être de la soie et du satin gris du XVIIIéme siècle. Le poignard qui avait tué l’homme était encore logé dans sa cage thoracique.
Des acteurs montés sur scènes dans ce théâtre ont parlé d’une autre présence fantomatique. Les actrices des années quarante, Betty Jo Jones et Doreen Duke, engagées dans des spectacles différents, affirmèrent toute deux que leur interprétations avaient été améliorées du fait qu’elles s’étaient senties en quelques sortes « dirigées » sur scène par des main invisibles qui tiraient sur leurs jupes. Des experts de théâtre ont pensé que cela pouvait être l’influence du grand Joe Grimaldi, qui avait offert sa dernière représentation sur cette scène du théâtre Drury Lane et qui était réputé pour un être un artiste d’une grande générosité.
Un autre grand acteur Britannique à y avoir joué Dan Leno, qui mourut au début du XXéme siècle. Leno avait longtemps souffert de problèmes à la vessie et avait pris l’habitude de se parfumer à l’huile de lavande pour tenter de masquer les mauvaises odeurs. De nombreux acteurs ont signalé ce parfum qui envahissait soudain les couloirs des coulisses. Un acteur, Stanley Lupino, épuisé après un spectacle et s’attardant dans sa loge, eut la nette impression qu’il n’était pas seul et entendit le bruit d’un rideau invisible que l’on écartait. Lorsqu’il regarda dans le miroir pour ôter son maquillage, il vit dans son dos le reflet du célèbre Leno le regardant fixement. Il apprit seulement plus tard qu’il occupait l’ancienne loge du célèbre acteur.
L’épisode le plus frappant de tous est la visite, en 1948, de Charles II en personne, accompagné de sa suite royale, et qui fit son apparition sur scène alors que le spectacle Oklahoma! était donné, après plus de 300 ans d’activités, le théâtre Drury Lane ne cesse de charmer son public, qu’il soit d’un côté ou de l’autre de la tombe.

Source : http://arepi.net/blog/?p=85

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Le Hollandais Volant :
27 Mar 2014, 22:21
La maison Hantée de Hem
27 Mar 2014, 22:19

Suivez-nous