John E. MACK et les abductions

par damino - 1061 vues - 0 com.
Alien, ovni, ufologie

 

LES ENLÈVEMENTS PAR LES OVNI Un programme de développement cosmique

LES ENLÈVEMENTS PAR LES OVNI - Un programme de développement cosmique ? 

Un programme de développement cosmique ?
MAGAZIN 2000 a interviewé le Pr. John E. MACK 

Des centaines de milliers, peut-être des millions d'hommes dans le monde entier croient avoir été enlevés par des extraterrestres. Ils décrivent tous le même scénario : leur réveil nocturne, l'apparition d'êtres dans leur chambre à coucher, qui glissent avec eux jusque dans un vaisseau spatial, ou leur rencontre au cours d'un trajet en voiture avec un OVNI et ses occupants, qui les font entrer dans l'engin. Leur examen médical dans l'appareil, le prélèvement de leurs spermatozoïdes ou de leurs ovules, et finalement les enseignements qu'ils reçoivent sur l'avenir menacé de la Terre.
 
Des ufologues, et avant tout, l'artiste new-yorkais Budd Hopkins, ont examiné ces cas jusqu'à présent et ont fourni les preuves qu'ils ne reposent pas sur l'imagination des témoins. Les opposants aux OVNI, par contre, affirment que les “abductions” ne sont que des hallucinations d'êtres psychiquement dérangés.
Mais, dans l'intervalle, des psychiatres se sont également penchés sur les “enlèvements”, et ont interrogé les témoins. Leurs conclusions : il n'y a nulle trace de psychopathologie. Les “abductés” sont des personnes tout à fait normales, qui ont cependant fait des expériences tout à fait inhabituelles, mais réelles. A présent, l'un des plus célèbres psychiatres du monde, le lauréat du Prix Pulitzer, le Dr John E. Mack, professeur à la brillante université américaine de Harvard, a publié le fruit de ses études sur le phénomène de l'abduction. MAGAZIN 2000 a sélectionné son best-seller mondial « Enlèvement par les extraterrestres » comme « livre de l'année 1995 » et a interviewé Mack en marge de la conférence de Washington « When Cosmic Cultures Meet », fin mai 1995, sur le résultat surprenant de ses investigations.
 
Comment en êtes-vous venu à vous pencher sur le phénomène des  “enlèvements par des OVNI ” ?
 
Je m'intéresse depuis des années aux frontières de la conscience humaine. Et pourtant, lorsque j'ai entendu parler pour la première fois de ce phénomène, il y a quelques années, par un collègue qui me parla de Budd Hopkins, je pensai qu'il s'agissait là d'une sorte de maladie mentale.Cependant, progressivement par ma rencontre avec lui, par les entretiens qu'il m'accorda, par mes examens personnels de ces cas, je me rendis compte que moi, en tant que psychiatre, je n'avais aucune explication à fournir pour ce qui était arrivé à ces personnes, à ces “abductés”. Ils se comportaient comme s'ils avaient vraiment vécu de réelles expériences. C'est ainsi que j’acquit la certitude que nous avons affaire ici avec un phénomène authentique.
 
Qu'est-ce qui vous a spécialement convaincu ? 

C'est l'unanimité si forte du modèle de base, d'après lequel se déroule le phénomène. Nous avons affaire ici à des personnes de toutes les parties des États-Unis, voire du monde entier, qui parlent avec une intense émotion de rencontres avec des êtres humanoïdes, qui les conduisent dans une sorte d'espace fermé, pour les soumettre à une série d'examens et de procédures assez perturbatrices et traumatisantes, pour la plupart, mais qui leur communiquent aussi des informations sur le destin de la Terre. Ces expériences les marquent profondément, si elles les vivent consciemment, ou si elles en font monter le souvenir. La consistance de toutes ces expériences subies par des personnes n'étant jamais entrées en contact les unes avec les autres, tout au moins jusqu'à ces derniers temps, me fit clairement prendre conscience, à moi et à une foule d'autres chercheurs, que quelque chose se passe ici, qui se déroule en dehors de l'imagination des témoins. Ces personnes ne gagnent rien au fait de prendre contact avec moi; elles cherchent elles-mêmes la vérité, une réponse sur la signification de ces rencontres surprenantes, se déroulant en dehors de leur contrôle.
 
Qu'est-ce qui vous persuade que ces phénomènes n'ont pas d'origine psychologique ?
 
Parce que les expériences psychologiques, inconscientes, intérieures sont de nature très privée, individuelle. Elles sont très différentes d'une personne à l'autre. Qu'il s'agisse maintenant d'expressions symptomatiques d'une expérience d'enfance refoulée, que cette personne refoule des sévices ou un viol, qu'elle ait des rêves ou des fantasmes, tout cela s'exprime d'une manière tout à fait individuelle, tout à fait personnelle, varie fortement d'une personne à l'autre. Vous n'avez là pas d'histoire consistante, complexe qui, d'une personne à l'autre, d'un bout à l'autre, concorde plus ou moins. Cela n'existe que pour des expériences réelles.
Quelque chose qui est élaboré intérieurement n'a pas cette caractéristique.
 
Quels sont les types d'êtres que décrivent les témoins ? Y-a-t-il une typologie ?
 
Bon, je ne suis pas un démographe des aliens. Le type principal décrit par les témoins est représenté par ce qu'on appelle “les petits Gris”, qui ont souvent une peau mate ou claire, une taille de 1 m. environ, avec ces grands yeux noirs apparemment omniscients, caractéristiques de grosses têtes, des corps minces, pas d'oreilles, une fente à la place de la bouche, deux ouvertures nasales seulement à la place du nez, des êtres qui semblent plutôt glisser que marcher. Ils portent des combinaisons faites d'une seule pièce ou une sorte de tunique. Ce sont là les êtres décrits le plus souvent. Puis, il y a les reptiloïdes, les grands blonds, qui semblent  plutôt être humains, et finalement, des conjectures selon lesquelles des “hommes” blonds, encore appelés les “Nordiques” travaillent en collaboration avec “les petits gris”. Ce sont là les types les plus fréquents auxquels j'ai eu affaire.

Combien de cas avez-vous examiné jusqu'à présent ?
 
J'ai travaillé intensivement sur près de 100 cas ; pour 65 d'entre eux, j'ai pratiqué des sessions avec des régressions sous relaxation profonde, une sorte d'hypnose modifiée, et finalement, je me suis entretenu avec une centaine d'intéressés.
 
En fait, les “abductions” ne constituent pas un phénomène purement américain. Nous avons connaissance de cas sud-américains, anglais, italiens, allemands, hongrois, russes, etc....

Vous-même, vous avez analysé récemment des cas d'Afrique du Sud et du Zimbabwe. Les “abductions” constituent-elles donc un phénomène global ?
 
Au stade actuel de mes connaissances, le phénomène central est le même dans le monde entier. C'est très surprenant. C'est ainsi que j'ai interviewé en Afrique du Sud un sorcier Zoulou très connu, Credo Mutwa, et la description des expériences qu'il a faites, est pratiquement identique à nos témoignages d'Amérique. A l'époque, quand il a été « enlevé » dans la brousse, c'était un jeune homme dans la trentaine. La manière dont sa culture interprète cela — que ce sont des “êtres sacrés”, que la Terre est une “planète sacrée” et qu'ils sont là pour nous donner des informations sur ce que nous infligeons à la Terre, parce que la Terre est une des 25 planètes qui a produit la vie, et que la vie sur Terre est menacée — tout cela est un autre problème l'interprétation de l'expérience est déterminée culturellement. Mais ce qui reste sûr : le “noyau dur”, la description précise des humanoïdes et de leur capacité à glisser à travers des murs, à emmener des gens dans un environnement arrondi, pour les examiner là-bas, les soumettre à toute une série de manipulations, soutirer du sperme aux hommes et des ovules aux femmes, leur montrer sur des écrans des scènes de la destruction de l'environnement, l'ouverture de la conscience à d'autres domaines de la réalité, ce modèle de base nous le trouvons dans le monde entier, dans la mesure où nous pouvons dire cela, car nous n'avons pas encore poursuivi nos investigations dans tous les pays de la Terre.
 
Des spermatozoïdes ont été prélevés sur des hommes, des ovules sur des femmes... Quelle est l'importance de la composante génétique de ce phénomène ? Peut-on supposer, comme votre collègue le prof. David Jacobs dans son livre “Secret Life”1, qu'une nouvelle humanité est en train d'être créée ?
 
En fait, le problème, après avoir analysé les divers cas:

1 - Les kidnappeurs d'un autre monde. 

l'un après l'autre, c'est que nous ne pouvons pas dire avec
certitude qu'il s'agit là d'un phénomène génétique. Nous
manquons de preuves à cet égard. Il semble que, du fait que
des spermatozoïdes soient soutirés des hommes et des
ovules des femmes, l'on féconde ces cellules avec une sorte
de “principe extraterrestre”, que ce soit un principe d'ADN,
ou un autre principe, en l'implantant ou en l'introduisant
alors à nouveau chez les femmes. Plus tard, on enlève alors
le foetus du corps de la mère, plus tard encore, on présente
cet enfant hybride à la mère dans le vaisseau spatial, tout
cela se déroulant selon une séquence bien précise.
Effectivement, cela ressemble fort bien à ce qu'a décrit
Zecharia Sitchin, à la conférence « When Cosmic Cultures
Meet », que les “Anunnaki” (en sumérien “ceux qui sont
venus sur terre depuis les cieux”) se sont mélangés aux
hommes il y a des milliers d'années. La question est
cependant de savoir dans quelle réalité vivent ces hybrides,
s'ils sont vraiment des enfants selon notre compréhension,
ou... nous ne le savons pas. Mais il est
sûr que le “facteur génétique” est un
élément très important du phénomène
d'abduction, même si ce n'est pas le seul
élément.
 
Donc, vous pensez que tout cela
pourrait se dérouler dans une “autre
réalité” ?
 
C'est précisément la question. Nous ne
le savons pas. Mais il y a ces personnes,
la plupart d'entre elles sans aucune
formation physique ou philosophique et
elles disent : nous le savons — et c'est
très difficile à expliquer — cela ne s'est
pas passé dans ce continuum d'espace-
temps ou dans cette dimension, mais
dans une autre dimension ou alors l'espace et le temps
semblent s'être interpénétrés. Mais ils sont persuadés que
tout cela ne s'est pas déroulé dans l'univers quadri-
dimensionnel que nous connaissons tous. Elles ont essayé
de trouver des mots pour ça, car nous n'avons pas le
vocabulaire nécessaire pour décrire cet autre univers, ou cet
univers parallèle.
 
L'un des cas les plus impressionnants dont vous avez
eu connaissance lors de votre voyage en Afrique fut un
atterrissage d'OVNI devant des douzaines d'écoliers à
Harare, au Zimbabwe. Pouvez-vous nous donner des
détails à ce sujet ?
 
Oui, cela s'est passé le 16 septembre 1994, précisément
le même jour où il s'est produit un incident extrêmement
intéressant et très analogue à Metepec au Mexique. Donc,
cet événement s'est passé à l'école Ariel à Rua au sud de
Harare, la capitale du Zimbabwe : 60 élèves, qui se
trouvaient ce vendredi matin dans la cour de récréation, au
cours d'une pause, ont assisté à l'atterrissage d'un grand
OVNI, entouré d'une série de petits OVNI, et à l'apparition
de deux petits êtres extraterrestres. J'ai interviewé ces
écoliers qui tous ensemble m'ont raconté ce qui s'est passé
ce jour, combien ils étaient excités et en même temps
apeurés, et comment ils ont reçu par ces êtres, à travers leurs
yeux, un message télépathique, disant que nous ne nous
occupons pas assez de notre planète, que nous détruisons la 

planète, et qu'il était de leur responsabilité d'empêcher cela.
Chaque enfant, individuellement, nous raconta la même
histoire, nous les avons interrogés l'un après l'autre, et ils
étaient absolument dignes de foi, sans nourrir le moindre
doute, et tous ceux qui ont pu voir notre enregistrement
vidéo de nos interviews avec eux, ressentent la même chose.
Même leur directeur d'école était persuadé qu'ils “avaient vu
quelque chose qui n'est pas de cette Terre”. A vrai dire, je ne
pense pas qu'il y ait déjà eu un tel événement dans l'histoire
du phénomène OVNI, et cela nous laisse peut-être présager
à quel point la situation est sérieuse.
 
Quelles réactions votre livre a-t-il déclenché au sein
de l'“établissement” académique ?
 
Des réactions mélangées. Beaucoup d'académiciens
m'ont écrit des lettres pour me féliciter : enfin quelqu'un
aborde ce thème, enfin quelqu'un va au devant de l'opinion
publique, etc.... Parmi ces personnes, il faut ranger le
professeur de philosophie Michael Zimmermann, qui est
également persuadé qu'il n'y a pas de fumée sans feu;
l'astrophysicien de Harvard, Rudolf Schild m'a écrit que “ce
travail nous en apprend plus sur le cosmos que tous les
télescopes du monde”. Dan Clauser, professeur d'éthique
médicale à la Pennsylvania State University croit “qu'il
s'agit là de quelque chose de vraiment important”. Ensuite,
il y a des gens qui disent :
c'est
impossible,
vous
agissez
d'une
manière
irresponsable, cela ne peut
exister. On est confronté à
tous
les
niveaux
de
conscience et l'on se rend compte qui est ouvert, dans ce
domaine, à de nouvelles idées et à de nouvelles possibilités.
 
Pourquoi y-a-t-il des “enlèvements” ?
 
Je ne peux pas vous en donner la raison. Mais ils se font
dans le contexte d'une catastrophe écologique d'une ampleur
inimaginable. J'ai lu aujourd'hui que les coraux océaniques,
dont beaucoup de poissons se nourrissent, sont en train de
mourir sous l'effet de l'énorme pollution des mers. Dans la
perspective neutre d'un observateur étranger, il apparaît que
les systèmes vitaux de cette planète sont en train de
s'effondrer, et les extraterrestres font clairement ressortir
que c'est précisément pour cette raison qu'ils interviennent,
pour créer une sorte de nouvelle race hybride pour l'avenir;
en effet, il leur parait clair que la vie, telle que nous la
connaissons actuellement ne peut pas continuer ainsi. Par
ailleurs, il semble qu'ils s'efforcent en même temps de
modifier notre orientation envers la nature et envers d'autres
espèces. C'est ainsi que ce qu'ils font constitue à la fois une
préparation à notre anéantissement, tout comme à notre
transformation. C'est en tout cas ainsi que cela semble se
présenter; cela correspond-il à la réalité ? Je n'en sais rien.
Mais cette information a toujours et toujours, à nouveau, été
communiquée aux personnes concernées, à bord des
vaisseaux spatiaux, par des transmissions télépathiques,
comme par des écrans et moniteurs. Toujours à nouveau, il
était question de catastrophe écologique !
Comment la vie des “abductés” a-t-elle été changée ?
 
Cela dépend des personnes qui travaillent avec elles. Si
personne ne les soutient, s'ils n'ont personne à qui parler de 

leur expérience, ou si cette expérience a été traumatisante, il
se peut qu'ils se sentent isolés et traumatisés et qu'ils se
retirent de leurs semblables. Mais s'ils trouvent quelqu'un
qui travaille avec eux sur cette expérience, qui dit : oui, c'est
là une énigme, mais d'autres personnes font la même ex-
périence, s'ils trouvent une personne leur disant qu'elles ne
sont pas folles, et qui les sort de leur isolement, qui les aide
à accepter leurs expériences, alors elles se transforment en
des êtres profondément préoccupés du destin de la Terre, qui
s'engagent, qui creusent derrière les apparences, qui sont
soucieuses d'un meilleur avenir pour l'humanité. La plupart
du temps, ces personnes sont ouvertes, douces, très réflé-
chies et se préoccupent des animaux et de la nature.
 
Certains abductés ont l'impression d'être des
“victimes” d'“extraterrestres négatifs”, se sentent
“violés”, agressés dans leur “libre arbitre”. Qu'en
pensez-vous ?
 
Je ne vois pas cela de cette manière. Je comparerai ce
qui se passe à ce que nous entreprendrions pour dissuader
un enfant de deux ans de détruire une maison, ou aux efforts
que nous mettons en oeuvre pour sauver une espèce en voie
de disparition. Du point de vue de cette espèce, notre
comportement pourrait apparaître comme “traumatisant” ou
comme “grave ingérence” ou comme “violation de leur libre
arbitre”, mais en fait, notre
attitude ne vise qu'à assurer
leur survie. Souvent, les
hommes confrontés à leurs
expériences, à leurs peurs,
deviennent plus réceptifs à
elles, lorsqu'ils comprennent que ces expériences sont
réelles. Alors, il en résulte un échange accru d'informations;
ce n'est plus seulement une attitude traumatique de victime.
Les gens sont alors en mesure de transcender ces réactions
de victimes. Je ne veux pas dire par là que ce n'est pas
perturbant et angoissant d'être traîné hors de la maison ou de
la voiture, d'être amené dans un vaisseau spatial et d'être
soumis à toutes ces procédures.
 
Selon quels critères ont-ils été choisis ? Qu'est-ce qui
les distingue des autres gens ?
 
On ne peut évidemment répondre à cette question que
d'un point de vue humain, qui pourrait être totalement
erroné. Comme nous avons pu le constater chez les familles,
ces “enlèvements” se font souvent sur de nombreuses
générations, et peut-être, depuis de nombreuses vies, à
l'échelle d'un individu. C'est ainsi que nous avons pu
remarquer que de nombreux “abductés” avaient également
des expériences de vies passées, par des interactions avec
ces êtres...
... Par ailleurs, ces personnes ne se distinguent pas
particulièrement de la moyenne de la population - à une ou
deux exceptions près : elles sont plus ouvertes, plus
tolérantes envers les expériences inhabituelles d'autres
personnes, elles mettent davantage l'autorité en question et
possèdent
souvent
des
aptitudes
psychiques
ou
médiumniques, elles sont en mesure de se mettre davantage
à la portée des autres et de voir au-delà de leur identité
présente. Ont-elles été choisies en raison de ces
caractéristiques ou sont-elles une conséquence de ces
expériences ? Nous ne le savons pas. 

Vous avez été un psychiatre respecté, recteur de la
faculté psychiatrique de la plus célèbre université des
Etats-Unis, lauréat du Prix Pulitzer — et maintenant
vous avez justement dû vous occuper de ce thème
controversé. Dans quelle mesure, ce thème a-t-il changé
votre vie ?
 
En fait, j'ai trouvé des soutiens considérables pour mon
travail; beaucoup de gens considèrent qu'il est très
important, on m'a toujours, à nouveau, encouragé à
persévérer.
 
Mais comment ce thème a-t-il changé votre vie ?
 
J'ai trouvé de nouveaux amis, alors que d'autres
personnes que je rencontrais pensent que je me suis
embarqué dans quelque chose de bizarre. Mais j'ai aussi des
amis qui considèrent cela comme une expérience spirituelle,
comme un défi, comme une nouvelle perspective de la
réalité. C'est à la fois excitant et troublant, comme tout ce
qui est important dans la vie...
 
...Quelles peuvent-être les conséquences pour nous
d'une
acceptation
générale
du
phénomène
de
l'abduction ? 

En fait, il s'agit de quelque chose comme un programme
de développement spirituel du cosmos pour les invalides
psychiques que nous sommes. Il s'agit d'une véritable
opportunité, d'un programme d'aide, qui permet aux
centaines de milliers, voire aux millions de personnes
touchées par ce phénomène d'ouvrir leur conscience et de
l'élargir jusqu'à un univers rempli de vie, qui est lui-même
vivant et intelligent et qui n'est pas seulement une immense
mer d'énergie-matière, qui est divin et sacré et qui offre tou-
tes les possibilités imaginables. Et cela plonge dans
l'inconnu. Et je pense que nous avons toujours vécu dans un
monde de mystères et d'énigmes, mais ce phénomène nous
confronte si directement avec l'inconnu qu'il constitue
véritablement une provocation pour nous.
 
Merci, professeur Mack !

Source : http://www.divulgation-extraterrestre.org/t%C3%A9moignages-militaires-civils/john-e-mack-pr-les-abductions/

Commentaires

Avez vous déjà vu un phénomène paranormal ?

A voir également

Suivez-nous